Filtres de la recherche en cours :

Egypte : Gizeh, le sphinx

XXX

Légende sur document :

1 - Le Sphinx et la pyramide de Chéops - S.I.P.

Légende imprimée dans le négatif en bas à gauche


Mots Clés

Gouvernorat De Gizeh Site Archéologique Pyramide Khéphren Mykérinos

Collection

WIEDEMANN

Datation : Entre 1910 et 1915

Commentaire datation : En fonction du niveau d'enseblement su Sphinx ( datation min. : 1910, datation max. : 1915 )

Auteur du cliché : Inconnu

Série : Egypte , numéro : 1

Editeur : Félix Potin S.I.P. , mention d'édition : S.I.P.

Lieu de la prise de vue : , Gouvernorat De Gizeh , Égypte /Afrique/Égypte/Gouvernorat de Gizeh

Analyse :

Le sphinx, shespânkh en égyptien, qui signifie « statue vivante », est photographié de ¾ et de face, sa partie inférieure est ensablée. À l'arrière-plan, on distingue la pyramide de Mykérinos.
Sculpté dans une proéminence calcaire de 200 m de long sur le plateau de Gizeh, sa face regarde le soleil levant. Il mesure 73,50 m de longueur, et sa hauteur originelle était de 20,22 m. Sa tête fait 5,20 m.
Le sphinx représente un lion à tête d’homme. La tête et le corps sont taillés directement dans la roche d’un promontoire calcaire, les pattes avant sont en maçonnerie, et le tout était autrefois recouvert d’une sorte de plâtre peint.
La tête est taillée dans un bloc rocheux qui dépassait du promontoire ; Le corps fut sculpté peu à peu, au fil du creusement de la roche. En descendant en profondeur, les ouvriers découvrirent que le sol recélait différentes strates de calcaire, formant différentes couleurs au corps, mais surtout différentes solidités de la roche. Ceci explique pourquoi de nos jours le corps du sphinx est strié horizontalement, ce sont les différentes couches de calcaire qui se sont érodées à des vitesses différentes. Les pattes ont été ajoutées après coup, on ignore pourquoi elles n’ont pas été sculptées en même temps. Elles sont faites de blocs calcaires de taille modeste, taillés de façon à épouser la forme voulue. Le tout a été recouvert de plâtre puis peint en rouge, y compris le visage. Le ménès (coiffe traditionnelle des pharaons), lui, devait être peint en jaune et bleu. Le Sphinx a aussi un uraeus (cobra femelle protégeant le pharaon ; on le trouve souvent en représentation sur leur front.)
Le Sphinx de Gizeh est l'un des plus vieux et le plus grand des sphinx du monde. Ce serai le portrait géant du pharaon Khéphren qui l'a fait sculpter pendant son règne (2558-2532 av. J.-C., mais il y a d’autres thèses, ce qui fait qu’à ce jour on ne sait pas réellement qui est représenté.
Au point de vue orientation, le Sphinx regarde plein est.
Il semble qu’il soit un gardien de la nécropole de Gizeh, puisque les sphinx, d’un point de vue général, sont des gardiens.
Gardien des chemins occidentaux par où s'en vont le soleil et les morts, il devient au Nouvel Empire le dieu Harmakhis, transcription grecque que l'on traduit par « Horus de l'horizon ».
Ce lion androcéphale, alors enfoui sous le sable jusqu'au cou, fut déblayé au début du XIXe siècle par Caviglia, qui découvrit entre ses pattes antérieures trois stèles de granit. Sur la plus grande stèle (4 m 15 de haut), un texte gravé rapporte qu'un jour, le jeune prince Thoutmosis IV, après une matinée de chasse aux lions dans le désert, s'était endormi à l'ombre du sphinx en partie ensablé. C'est alors qu'il vit en songe le dieu Harmakhis lui demander de le délivrer des sables qui l'envahissaient, ce qu'il s'empressa de faire une fois devenu roi.
Comme le Sphinx a été creusé dans une roche ayant plusieurs couches de dureté différente, l’érosion n’a pas été la même d’une partie de son corps à une autre. Le corps est ainsi strié de creusements horizontaux qui alternent avec des avancées de la pierre. L’érosion est vraiment la principale source de dégradation naturelle du Sphinx. Il y en a une autre, l’usure du temps. En effet, le temps passant, des morceaux de rochers se sont détachés du corps du Sphinx, formant des trous qu’il a fallu boucher pour éviter l’effondrement de l’ensemble de la structure.

Ici, la vue a été tirée à l'envers.

Bibliographie :

G. Bénédite, Égypte, Hachette, Paris, 1900.
M. Baud et M. Parisot, Égypte, Hachette, Paris, 1956.
R. Lebeau, Pyramides, Temples, Tombeaux de l'Égypte Ancienne, Édition Autrement, Paris, 2004.
G. Posener, Dictionnaire de la Civilisation Égyptienne, Hazan, Paris, 1988.
C. Zivie-Coche, Sphinx ! le Père la Terreur, Noêsis, 1997
Le Sphinx (merveilles-du-monde.com)
Sphinx de Gizeh — Wikipédia (wikipedia.org)

Etat de conservation : excellent

Lieu de conservation : Talence

Type de support : Tirage sur papier photographique

Dimensions du support : 8,5 x 17 cm

Dimensions de l'image Haute Définition : 8351 X 3968 pixels

Information développement : Positif

Information couleur : Noir et Blanc

Type de stéréo sauvegardée : Anaglyphe (bleu / rouge)

Date d'entrée dans la stéréothèque : Octobre 2013

Proprietaire : M. Wiedemann

N° d'inventaire : WIE063

Elaboration de la notice : Alain Barutel et Line Bernadat