Filtres de la recherche en cours :

Datation : 1937

Commentaire datation : L'exposition ouvre au public du 25 mai au 25 novembre 1937

Auteur du cliché : Inconnu

Editeur : Bruguière Editions

Diffuseur : Etablissements Photo-Hall Toulouse

Lieu de la prise de vue : /Europe/France/Île-de-France/Paris/Paris/Paris 08 Élysée

Texte lisible dans l'image : RENAULT 7556 G3 9065 RK6 3585 RJ7 2866 RJ7

Analyse :

La porte de l'Alma et son arc en bois de 70 mètres d'ouverture constituent un des plus parfaits ouvrages en bois qui aient jamais été exécutés.
"C'est, a-t-on dit, la revanche de la matière vivante sur le béton et le métal, le cri d'orgueil et de défi du bois"
Un escalier géant, flanqué de deux pylône de bois, de 50 mètres de hauteur, décorés de sculptures et d'une belle couleur jaune d'or, donne accès à la plate-forme centrale, d'où s'élancent deux trottoirs courbes et une passerelle arquée qui atteignent un pont cintré parallèle à la Seine.
© Guide officiel de l'exposition Internationale de Paris 1937.
De nombreux véhicules sont présents sur l'image :
Venant de la gauche (de gauche à droite :
- Un autobus de la ligne 1, un Renault TN4 ou TN4 HP, d'une capacité de 50 places, animé par un moteur 4 cylindres de 58CV, il s'agit là d'un des exemplaires de la première série, avec calandre et pare-chocs chromés, sorti à parti de 1936 (le TN4 HP restera en service jusqu'en 1971).
- - Vue de face, une Renault 1933, cette calandre en coupe-vent est caractéristique des 2èmes et 3èmes séries (janvier à septembre 1933), les carrosseries sont très proches d'une gamme à l'autre. Iil peut s'agir d'une Monaquatre (moteur 4 cylindres 1.5L), d'une Primaquatre (4 cylindres 2.1L), d'une Vivaquatre (même moteur que la Primaquatre, mais empattement plus long). La qualité de l'image ne permet pas d'en être certain, mais il semblerait que cette voiture soit équipée de lanternes d'auvent, il s'agirait alors d'un taxi G7 (la Société Anonyme des Usines Renault était actionnaire de cette compagnie de taxis) établi sur la base de la Vivaquatre. Très populaire, ce taxi rouge et noir était équipé d'une vitre de séparation avec le chauffeur, d'un toit ouvrant au-dessus des passagers et d'une porte avant droite rabattable vers l'avant, permettant ainsi de transporter une malle à côté du chauffeur en roulant porte ouverte. Il sera adopté par de nombreuses autres compagnies de taxis et restera en service longtemps après la guerre.
- Un cabriolet ou coupé Citroën Traction Avant 11 B (ou 11 large dans le langage courant). Voitures révolutionnaires lors de leur présentation en 1934, les Citroën 7 ou 11, selon leur terminologie commerciale (moteurs 4 cylindres 1,3L, 1,5L, 1,6L ou 1,9L), adoptaient la traction avant, une structure monocoque et des roues avant indépendantes qui étaient réputées pour leur tenue de route. Elles existaient en version normale (B) ou légère (BL, carrosserie de dimensions plus réduites) et seront produites jusqu'en 1957 (la DS a été présentée en 1955) ; la production des coupés (ou faux cabriolet selon la terminologie de l'usine jusqu'en 1937) s'arrêtant en octobre 1938, et celle des cabriolets en septembre 1939.
Circulant devant les voitures vues de dos, au premier plan (de gauche à droite) :
- Un coupé de Ville ou un landaulet, on distingue le chauffeur à l'air libre à l'avant et le compartiment arrière fermé équipé d'un compas (qui peut être uniquement décoratif). Modèle non identifié.
- Juste en arrière-plan, une berline non identifiée, la silhouette évoquant les Peugeot de la série 01 aérodynamique.
- Devant, un utilitaire carrossé en fourgon, peut-être sur châssis Renault.
Vues de dos, au premier plan (de gauche à droite) :
- Une berline Renault, roue de secours à l'arrière, pas d'ouverture de malle, le toit ouvrant au-dessus des passagers arrières fait penser à un taxi, sans doute une Vivaquatre KZ17 1934 (printemps à septembre 1934), le millésime suivant adoptant une roue de secours dans un compartiment caché par une trappe. Immatriculation 7556 G3, numéro spécifique attribué à la Compagnie Générale des Taxis, les numéros étant réattribués plusieurs fois en fonction du renouvellement des voitures. Autre exemple, la compagnie de taxis G7 porte ce nom en relation avec la série de numéros, terminés par G7, qui étaient attribués à cette compagnie à partir de la fin des années 1900.
- Un coupé spider Peugeot 201. On distingue l'écusson sur l'aile arrière droite. Première Peugeot à utiliser la nomenclature à 3 chiffres avec un zéro central, cette voiture économique (moteur 4 cylindres 1.1L) était la première voiture française à utiliser des roues avant indépendantes. Elle sera produite de 1929 à 1937, adoptant une carrosserie aérodynamique à partir de la 201 D de 1934. Nous sommes ici en présence d'un modèle antérieur à 1934, restant dans le style caisse carrée en vogue au début des années 30. Le couvercle du compartiment arrière se relève de l'avant vers l'arrière, on accède alors à un coffre à bagages ou à une petite banquette d'appoint, les passagers voyageant alors à l'air libre. Immatriculation 9065 RK6 délivrée à Paris fin 1936 ou début 1937 ; il s'agit donc d'une réimmatriculation suite à un changement de propriétaire ou de domicile.
- Devant la 201, une camionnette de livraison bâchée, la partie arrière de la bâche relevée permettant de voir des objets et 2 passagers.
- Un coupé spider, non identifié, le style est conforme avec le milieu des années 30, immatriculation 2866 RJ7 délivrée à Paris entre mai et juillet 1935.
- Une berline Renault, peut-être une Monaquatre, une Primaquatre ou une Vivaquatre, la trappe au bas du panneau arrière permettant l'accès à la roue de secours positionnée horizontalement. Immatriculation 3585 RJ7 délivrée à Paris entre mai et juillet 1935.
- A droite, une berline non identifiée, roue de secours sous couvercle en tôle, arrière en pente raccordé à un toit restant très vertical, style général rappelant les Simca-Fiat 11CV du milieu des années 30.
Sur la partie droite, au fond de l'image :
Plusieurs voitures vues de dos, non identifiées. A l'extrême droite, au fond, on reconnait l'arrière d'une Peugeot 402 Taxi avec sa peinture 2 tons. Ces voitures à carrosserie aérodynamique (selon la mode Streamline initiée par la Chrysler Airflow aux USA) étaient caractérisées par une ligne fluide (la ligne fuseau Sochaux, selon la publicité Peugeot, Sochaux étant la ville où était située l'usine de production) et par leurs phares intégrés derrière la calandre. Moteur 4 cylindres 2,0L ou 2,2L (pour la 402B). Ce modèle taxi, produit de 1935 à fin 1936, était basé sur la version longue et était équipé entre autres d'un toit ouvrant au-dessus des passagers arrière.

Bibliographie :

http://www.mediatheque-patrimoine.culture.gouv.fr/fr/archives_photo/visites_guidees/expo_1937.html
http://www.worldfairs.info/expopavillondetails.php?expo_id=12&pavillon_id=677

Etat de conservation : bon

Lieu de conservation : Saint-Gaudens

Type de support : Verre

Dimensions du support : 4,4 x 10,6 cm

Information développement : Positif

Information couleur : Sépia

Type de stéréo sauvegardée : Anaglyphe (bleu / rouge)

Date d'entrée dans la stéréothèque : Mai 2010

Proprietaire : M. Dumail

N° d'inventaire : vitroplaque13011

Elaboration de la notice : Jean-Christophe Brunet et Caroline Kluziak (indexation collaborative)