Filtres de la recherche en cours :

Egypte : Philae, le temple d’Isis inondé

XXX

Mots Clés

Philæ Site Archéologique Temple

Collection

VERGNIEUX

Datation : Entre 1905 et 1907

( datation min. : 1905, datation max. : 1907 )

Auteur du cliché : Inconnu

Editeur : Non identifié

Lieu de la prise de vue : Philæ , Gouvernorat d'Assouan , Égypte /Afrique/Égypte/Gouvernorat d'Assouan/Philæ

Analyse :

Le site de Philae se situe sur la 1ère cataracte du Nil, au sud d’Assouan, à presque 700 km au sud du Caire. Cette île comprenait les ruines d’une ville de l’Égypte ancienne, avec, notamment, le magnifique petit temple d’Isis. Jusqu’en 1902, les ruines de l’ensemble antique de Philae sont au sec sur une île, comme on peut le voir sur la vue SAB033. L’inauguration du grand barrage d’Assouan en 1970 noya définitivement le site.
La vue ci-dessus est un document ; elle rappelle à notre mémoire collective ce que nous avions peut-être un peu oublié : déjà en 1894, les Britanniques avaient entrepris la construction d’un premier barrage juste en aval, à Assouan, pour développer l’irrigation et, en particulier, pour promouvoir sur de vastes surfaces une culture pratiquement industrielle du coton.
Ce barrage, mis en eau en 1902, a eu immédiatement pour effet d’inonder le site de Philae 10 mois sur 12, en dehors de la saison sèche. Ainsi, à partir de cette date, les touristes devaient venir sur le site en barque, ce que Pierre Loti déplora profondément dans un texte « La mort de Philae » : « La noyade de Philæ, écrivait Pierre Loti, vient, comme on sait, d'augmenter de soixante-quinze millions de livres le rendement annuel des terres environnantes. Encouragés par ce succès, les Britanniques vont, l'année prochaine, élever encore de six mètres le barrage du Nil ; du coup, le sanctuaire d'Isis aura complètement plongé, la plupart des temples antiques de la Nubie seront aussi dans l'eau, et des fièvres infecteront le pays. Mais cela permettra de faire de si productives plantations de coton ! »
C’est donc de cet état que la photo ci-dessous témoigne. En outre, le premier barrage fut surélevé par deux fois (entre 1907 & 1912, puis entre 1929 & 1934) aggravant à chaque fois les dommages causés aux édifices.
Le temple d'Isis, situé dans le quart sud-ouest de l'île, est la principale construction de Philae. L'esplanade située devant le premier pylône est fermée par un portique aux chapiteaux variés. Le mur occidental est percé de fenêtres donnant sur l'île de Biggeh, désormais un petit îlot depuis le déplacement du temple, et d'un escalier entre la douzième et la treizième colonne menant à un « nilomètre ». La corniche du portique est décorée de disques solaires situés précisément face aux temples d'Arensnouphis, de Biggeh et d'Imhotep ; le plafond est orné de vautours aux ailes déployées regardant vers l'ouest.
A partir de 1960, après plusieurs années de tractations politiques et d'arrangements financiers, le président Nasser prit la décision définitive de la construction du haut barrage d'Assouan. Ce projet constituait une nouvelle menace pour Philae, car l'île se trouvait entre les deux barrages. Le lac de retenue de l'ancien barrage d'Assouan fut en partie transformé mais maintenu. Il était prévu d'abaisser le niveau moyen de ce lac qui atteindrait alors le premier pylône du temple d'Isis à la moitié de sa hauteur, permettant aux ruines d'être en plus grande partie à l'air libre. Mais cette transformation induisait une hausse du niveau de la nappe phréatique ; l'île ne pouvait donc plus être totalement à sec pendant une partie de l'année. En outre, les fluctuations quotidiennes du niveau du lac devaient atteindre six mètres d'amplitude, risquant de provoquer une érosion accrue des pierres et une accélération de la disparition des ruines.
Le sauvetage de Philae fut alors décidé par l’UNESCO qui lança à cette occasion des travaux d’une ampleur inédite, la solution retenue étant la même que pour les temples d'Abou Simbel quelques années plus tôt (voir plus bas) : le démontage des ruines et leur reconstruction sur un nouveau site à l'abri des eaux du lac. Ce déplacement fut orchestré par le ministère de la Culture égyptien et les services d'archéologie du Caire sous l’égide de l'UNESCO, la responsabilité du projet étant confiée à Christiane Desroches Noblecourt, célèbre égyptologue française, déjà à l'origine du sauvetage des temples d'Abou Simbel.
Le déplacement des temples à proprement parler commença avec le découpage des ruines et leur transport en barges vers un site de stockage provisoire. Entretemps, l'île d'Aguilkia située à environ trois cents mètres au nord-ouest de Philae fut préparée pour accueillir les ruines. Le sauvetage fut achevé en 1976. Malheureusement, des dizaines d'autres sites archéologiques d'Égypte, jugés de moindre importance, mais qui faisaient encore l'objet de recherches, ont été définitivement engloutis par la montée des eaux. L’Egypte prit à son compte la moitié du coût de ce transfert.

Bibliographie :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Philae
https://www.baudelet.net/voyage/ Égypte/philae-kiosque-trajan.htm
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ancien_barrage_d ’Assouan
« Victoire en Nubie, 4000 ans d’Histoire sauvés des eaux », Le Courrier de l’UNESCO, Février/Mars 1980

Lieu de conservation : Pessac

Type de support : Verre

Information développement : Positif

Type de stéréo sauvegardée : Anaglyphe (bleu / rouge)

Proprietaire : M. Vergnieux

N° d'inventaire : RVX436

Elaboration de la notice : Christian Bernadat (indexation collaborative)