Filtres de la recherche en cours :

Egypte : Memphis, la statue colossale de Ramsès II

XXX

Légende sur document :

Egypt, Cairo. Statue of Rameses II

Légende imprimée en bas sur le recto de la carte. Encre de couleur noire


Mots Clés

Memphis Site Archéologique Statue Colossale Homme

Collection

VERGNIEUX

Datation : Entre 1915 et 1925

Commentaire datation : Le photographe J. Dearden Holmes commandité par un fabriquant de cigarettes, a parcouru le monde, photographiant des sites et des lieux, entre 1915 et 1925 ( datation min. : 1915, datation max. : 1925 )

Auteur du cliché : Dearden Holmes J.

Série : Egypt , numéro : 185

Editeur : Sunbeam Tours London , mention d'édition : Sunbeam Tours Ltd., 37, Bedford Street, Stand, W.C.2

Lieu de la prise de vue : Memphis , Gouvernorat du Caire , Égypte /Afrique/Égypte/Gouvernorat du Caire/Memphis

Texte au recto : A gauche : Egypt, Cairo. Statue of Rameses II Au centre : Copyright J. Dearden Holmes A droite : 185 Sunbeam Tours London

Analyse :

La photo de cette statue est un document, trace d’une période révolue : elle a en effet été prise sur le site de Memphis, ancienne capitale du pays, et non au Caire comme le laisse supposer la légende inscrite sur la photo. Pour les égyptologues Sydney Aufrère et Jean-Claude Goyon, elle se trouvait, comme sa jumelle, à l'entrée du temple de Ptah : « Dans l'axe de la ville, approximativement là où devait se trouver l'entrée, s'élevaient deux colosses de Ramsès II. » D'autres sources annoncent même le chiffre de quatre…
Le premier colosse, sculpté dans du calcaire, a été découvert en 1820 par Giovanni Battista Caviglia et Charles Sloane, couché face contre terre. Le bas des jambes brisé, il n'a jamais été relevé, mais a été déplacé en 1958 afin d'être exposé dans un bâtiment construit sur le site.
Le second colosse, celui de notre photo, fut découvert pendant l'hiver 1853-1854, par Leonard Horner, un géologue britannique, venu pour analyser la profondeur et l'accroissement des alluvions du Nil. Il profita de cette mission pour entreprendre l'étude archéologique du site, sous la supervision de Joseph Hekekyan, un ingénieur arménien de Constantinople, qui fut élevé au titre de bey.
Légèrement plus petit que le premier colosse, il gisait à 200 m au nord-ouest, brisé en six morceaux. Il repose couché sur le dos. Son nom est gravé sur les épaules, les bracelets et sur le devant de la ceinture. Il mesure 8 m (plus sa couronne 2 m). On remarque des destructions au niveau des membres inférieurs : il a perdu son pied droit, et sa jambe gauche qui s'avance dans l'attitude de la marche est amputée au dessous du mollet.
Sur le côté, un jeune égyptien donne une idée de la dimension de la statue.
La statue demeurera sur place jusqu'en 1887… Cette année-là, le major Arthur Bagnold voulut la soustraire à l’effet des eaux du Nil qui le recouvraient pendant une longue période de l’année et voulut la mettre à l'abri. Il en informa les autorités et une maigre somme de 20 livres lui fut allouée. C'est ainsi que ce colosse fut dégagé, puis traîné sur une butte voisine et surélevé afin qu'il fût visible en totalité.
Il y resta jusqu'en février 1955… date à laquelle le président Nasser, récemment installé à la tête du pays, la fit transporter (et relever) sur une place en plein centre du Caire, en face de la gare, au bout de la grande voie rebaptisée avenue Ramsès. Mais elle y était devenue invisible au milieu d’une circulation débridée, et son calcaire était fortement attaqué par le gaz carbonique des pots d’échappement.
Elle a à nouveau été transportée en grandes pompes en 2006 dans l’enceinte du Grand Musée Egyptien, bâti à la périphérie du Caire, pour la mettre en valeur et la soustraire à la pollution automobile galopante. Les travaux ayant traîné en longueur, il faudra attendre janvier 2018 pour qu’elle s’offre enfin à l’admiration des visiteurs, bien en vue à l’entrée du Musée.
Par deux fois donc, le déplacement et la mise en sécurité du colosse ont été utilisés par le gouvernement en place comme un symbole de puissance politique. Mais, ce motif servit aussi effectivement à la sauvegarde de cette pièce tout à fait exceptionnelle héritée de l’Égypte antique.

Bibliographie :

G. Bénédite, Égypte, Hachette, Paris, 1900.
M. Baud et M. Parisot, Égypte, Hachette, Paris, 1956,
https://egyptophile.blogspot.com/2018/01/lun-des-colosses-de-ramses-ii-en-route.html

Etat de conservation : bon

Lieu de conservation : Pessac

Type de support : Tirage sur papier photographique

Dimensions du support : 8 x 11,2 cm

Information développement : Positif

Information couleur : Noir et Blanc

Type de stéréo sauvegardée : Anaglyphe (bleu / rouge)

Date d'entrée dans la stéréothèque : Juillet 2011

Proprietaire : M. Vergnieux

N° d'inventaire : RVX271

Elaboration de la notice : Alain Barutel et Christian Bernadat (indexation collaborative)