Filtres de la recherche en cours :

Bordeaux, quai de Paludate

XXX

Légende sur document :

269. Quai de Paludate et Chantiers de construction (Bordeaux)

Légende imprimée sur une bande de papier de couleur beige puis collée au verso de la carte


Mots Clés

Bordeaux Basilique Chantiers Arman Immeuble Maison Arc-boutant Pinacle Garonne Ville

Collection

MAGENDIE
verso

Datation : Entre 1860 et 1862

Commentaire datation : La série est déposée en 1862 et le dernier chantier naval déménagea en 1863 ( datation min. : 1860, datation max. : 1862 )

Auteur du cliché : Andrieu jean

Série : Villes et Ports Maritimes , numéro : 269

Editeur : Andrieu Jean

Lieu de la prise de vue : /Europe/France/Nouvelle-Aquitaine/Gironde/Arrondissement de Bordeaux/Bordeaux

Texte au verso : Légende manuscrite à l'encre noire : Constructiones de Barcos de Burdeos Légende imprimée sur une étiquette : 269. Quai de Paludate et chantiers de construction (Bordeaux)

Analyse :

Vue prise depuis le clocher de l'église Saint-Michel.
Cette prise de vue a été facilitée par le fait que, jusqu’en 1862, la flèche du clocher de Saint-Michel n’était pas reconstruite, et disposait d’une plateforme sur laquelle subsistaient les installations du télégraphe de Chappe installé ici durant la Révolution. La portion de quai montrée par cette vue, située entre la passerelle de chemin de fer et le pont de pierre (non visible sur la photo) est le quai Sainte-Croix (et non le quai de Paludate, situé au-delà du pont de chemin de fer) comme indiqué par le titre donné à la vue par le photographe. Sur le quai, vers la passerelle de chemin de fer, on aperçoit les neuf cales couvertes des chantiers navals implantés ici. Site historique des Chantiers Coureau, à cette date ces derniers ont été repris par Lucien Arman, neveu de Jean-Baptiste Coureau, depuis environ 1851. En arrière de ces cales, le site comportait un atelier de forge et de chaudronnerie, des bureaux et le siège de la société.
A compter de 1863, Lucien Arman (qui avait implanté un second Chantier à Bacalan) doit prendre un associé et transformer sa raison sociale en Chantiers et Ateliers de l’Océan, ce qui ne l’empêchera pas de devoir déposer le bilan en 1872. Mais, devant les difficultés qui s’accumulaient, Lucien Arman a dû céder, dès 1865 environ, le site de Sainte-Croix à Pastoureau, avec sur cales les navires déjà commandés. A priori, il semble que toute activité de construction navale ait ici cessé postérieurement à 1868.

Bibliographie :

Pellerin, D. (1995) : La Photographie Stéréoscopique sous le Second Empire : Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque nationale de France, Paris, 103.
Roger et Christian Bernadat, Quand Bordeaux construisait des navires, Editions de l’Entre-deux-Mers, seconde édition, déc. 2016.

Etat de conservation : excellent

Lieu de conservation : Lescar

Type de support : Photographies collées sur carton

Dimensions de l'image Haute Définition : 8267 X 4165 pixels

Information développement : Positif

Information couleur : Noir et Blanc

Type de stéréo sauvegardée : Anaglyphe (bleu / rouge)

Date d'entrée dans la stéréothèque : Janvier 2014

Proprietaire : M. Magendie

N° d'inventaire : Mag1539

Elaboration de la notice : Patrick Ronne et Catherine Carponsin-Martin