Filtres de la recherche en cours :

Venise, la porte d'entrée de l'Arsenal

XXX

Mots Clés

Venise Porte de ville Tour Lagune

Collection

CALVELO

Datation : Entre 1853 et 1873

Commentaire datation : Lapanne débute sa carrière de photographe en 1853 et cette vue est déposée en 1873 ( datation min. : 1853, datation max. : 1873 )

Auteur du cliché : Lapanne

Série : Italie

Editeur : Lapanne

Lieu de la prise de vue : Venise , Vénétie , Italie /Europe/Italie/Vénétie/Venise

Analyse :

La façade de l’Arsenal, emblématique de la Renaissance vénitienne, date de 1460. Dite Porte de terre, c’est un des premiers exemples du style de la Renaissance vénitienne, porte embellie au fil des siècles et restée presque intacte jusqu’à nous.
Les deux lions qui encadrent la porte sont des sculptures grecques, ramenées comme butin du Pirée par l’Amiral Francesco Morosini en 1687. Le lion de droite se trouvait à l'origine sur la voie Lepsina, la voie sacrée, qui reliait Athènes à Eleusis.
Rappelons-nous que, de ce lieu, sortirent des centaines de galères construites en série, qui permirent à la cité des doges de maintenir, durant plusieurs siècles, la suprématie de la République sur les mers Méditerranée et Adriatique.
Pour Venise, l’arsenal ne fut pas un simple chantier naval : pendant une dizaine de siècles, il fut l’outil principal de sa domination sur la Méditerranée orientale, sans lequel la Sérénissime n’aurait pas pu bâtir son incroyable développement commercial.
En ce lieu, la Venise primitive avait établi un premier chantier naval dès le VIIIe siècle. Là, par exemple, elle construisit pour l’Empire byzantin les ancêtres des caraques, galères et galéasses, qui y furent ensuite produites pendant plusieurs siècles.
Puis, après la création du Grand Conseil de la Cité, cette assemblée fit creuser ici, entre 1143 et 1169, la darse vieille (Darsena vecchia) et édifier le premier véritable arsenal (Arsenale vecchio). Ainsi, en 1204, cet établissement fabriqua en ce lieu les navires qui vont transporter les chevaliers de la quatrième croisade.
Enfin, entre 1304 et 1325, le chantier est agrandi de l’arsenal neuf (Arsenale nuovo) et de la darse neuve (Darsena nuova). Une zone de 25 hectares est alors créée, entourée de murailles qu’une porte monumentale protège de toute intrusion, et notamment de l’espionnage : les secrets de construction y sont bien gardés, comme plus tard ceux des verriers de Murano…
Aux XIVe et XVe siècles, l’arsenal devient le plus grand chantier naval du monde occidental, en s’appuyant sur un système original et innovant : l’Etat vénitien met aux enchères auprès des marchands l’usage commercial des galères militaires, ainsi rentabilisées en temps de paix, mais mobilisables à tout moment en cas de conflit. En même temps, on conserve sur pied de guerre une réserve de 100 galères en état de fonctionnement immédiat.
A la fin du XVIIIe siècle, la République de Venise a perdu une grande partie de sa puissance. Le Directoire français entreprend la conquête de l’Italie du Nord ; le 16 novembre 1796, le général Bonaparte entre dans Venise et pénètre dans l’arsenal.
Toutefois cette occupation ne dure guerre : le 17 novembre 1797, le traité de Campo Formio impose à la France de céder la Vénétie à l’Autriche. A ce moment, l’Empire austro-hongrois, qui n’avait jusque-là qu’une marine de second rang, va s’appuyer sur l’arsenal de Venise pour bâtir une véritable marine de guerre. Ainsi, jusqu’en 1806, Venise fournira l'essentiel des forces navales autrichiennes, si bien que l’on parle alors de Marine austro-vénitienne.
Après un « intermède » de nouvelle occupation française par Napoléon, de 1806 à 1814, le congrès de Vienne rend la Vénétie à l’Autriche en 1815. Cette occupation prendra fin en 1866 à l’issue de la bataille de Sadowa : l’Autriche doit s’y incliner devant la Prusse, tandis que les Italiens harcèlent les troupes autrichiennes.
Acculé, l’Empire austro-hongrois restitue la Vénétie à son dernier « possesseur » : la France. Par référendum, les Vénitiens se prononcent alors pour un rattachement à l’Italie. Napoléon III, sensible aux mouvements de l’indépendance italienne, accepte ce verdict et consent au rattachement de la Vénétie au Royaume d’Italie le 22 septembre 1866.
Ainsi, sur la période où cette photo a été prise, l’Arsenal est une base militaire de la marine Austro-Hongroise.

Cette photographie est déposée par Lapanne en 1873 ; elle porte le numéro 2985 au dépôt légal du département de la Seine.

Bibliographie :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_Venise
https://fr.wikipedia.org/wiki/Province_v énitienne
https://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_de_l ’unification_de_l’Italie#1866
https://fr.wikipedia.org/wiki/Arsenal_de_Venise

Etat de conservation : excellent

Type de support : Photographies collées sur carton

Information développement : Positif

Information couleur : Sépia

Date d'entrée dans la stéréothèque : Décembre 2020

Proprietaire : M. Calvelo

N° d'inventaire : CAL451

Elaboration de la notice : Christian Bernadat et Catherine Carponsin-Martin (indexation collaborative)