Filtres de la recherche en cours :

Environ de Laruns : les Eaux-Chaudes, l’établissement thermal

XXX

Légende sur document :

1736. Etablissement thermal aux Eaux-Chaudes. (J.A.)

Légende imprimée en bas à droite sur le recto de la carte. Encre de couleur rouge


Mots Clés

Laruns Passerelle de bois Maison Établissement thermal Gave d'Ossau Pyrénées Village

Collection

MAGENDIE

Datation : Entre 1862 et 1868

Commentaire datation : La série est déposée entre 1862 et 1863 et le nouveau catalogue des vues stéréoscopiques d'Andrieu est édité en 1868. ( datation min. : 1862, datation max. : 1868 )

Auteur du cliché : Andrieu Jean

Série : Vues des Pyrénées , numéro : 1736

Editeur : Andrieu Jean , mention d'édition : J.A.

Lieu de la prise de vue : Laruns , Nouvelle-Aquitaine , France /Europe/France/Nouvelle-Aquitaine/Pyrénées-Atlantiques/Arrondissement d'Oloron-Sainte-Marie/Laruns

Texte au recto : 1736. Etablissement thermal aux Eaux-Chaudes. (J.A.)

Analyse :

Les Eaux-Chaudes sont situées à environ 5 km de Laruns, dans la vallée creusée par le gave d’Ossau, sur la route du col du Pourtalet. C’est un lieu thermal connu depuis le XVIe siècle, qui se développe véritablement sous l'impulsion des jurats de Laruns au XVIIIe siècle.
Le lieu est connu pour avoir abrité les amours d’Henri IV et de sa maîtresse Fosseuse. Elle connaît alors une vogue furtive animée par la cour de Navarre et la sœur du roi, Catherine.
A la fin du XVIIIe siècle, le docteur Théophile de Bordeu vante les propriétés des eaux thermales de toutes les sources du piémont pyrénéen, notamment pour traiter les maladies de poitrine. Considéré comme le père du thermalisme pyrénéen, il est à l’origine du développement des villes thermales.
Dans cet élan, les jurats de Laruns investissent dès 1781 dans le réaménagement des Bains des Eaux-Chaudes. Mais, la Révolution étant passée par là, ils durent attendre 1820 pour rouvrir les thermes et donner alors une première impulsion au développement de la station.
On nivelle des terrains en palliers pour assurer l’assise de futurs hôtels, on capte de nouvelles sources, on aménage des promenades. Entre 1841 et 1850, l’ingénieur Jules François engage des travaux pour réaliser une route qui permettra d’assurer le transport des voyageurs en des curistes en diligence à partir de Laruns ; en même temps, l’architecte départemental Jean Latapie commence l’édification de l’établissement thermal en surplomb du gave d’Ossau.
La station continue de fonctionner aujourd’hui dans ce cadre très sauvage.
Le numéro de l'image est inscrit dans le négatif de la photographie.

Bibliographie :

Pellerin, D. (1995) : La Photographie Stéréoscopique sous le Second Empire : Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque nationale de France, Paris, 103.
Andrieu, Jean : Catalogue des vues stéréoscopiques de Pyrénées, de l’Italie méridionale et septentrionale comprenant la Sicile, et des villes et ports maritimes de l'Océan et de la Méditerranée, de la Suisse, nouvelle collection de l'Espagne. Paris, 1868, 42.
Dominique Jarrassé, Les thermes romantiques : bains et villégiatures en France de 1800 à 1850, Thermalisme et civilisation,2, 1992,55.
Le Voyage aux Pyrénées ou la route thermale, Institut français d’Architecture (DRAE Midi-Pyrénées), Ed. Randonnées Pyrénéennes, 1987

Etat de conservation : excellent

Lieu de conservation : Lescar

Type de support : Photographies collées sur carton

Dimensions du support : 9 x 17,5 cm

Dimensions de l'image Haute Définition : 3662 X 1814 pixels

Information développement : Positif

Information couleur : Noir et Blanc

Type de stéréo sauvegardée : Anaglyphe (bleu / rouge)

Date d'entrée dans la stéréothèque : Mars 2016

Proprietaire : M. Magendie

N° d'inventaire : Mag6340

Elaboration de la notice : Catherine Carponsin-Martin et Christian Bernadat (indexation collaborative)